Blog

image_article1

Bonne année 2018 à Daloa : Les à-côtés de l’évènement.

Côté sécuritaire
Les forces de l’ordre sont toujours des hommes à part. Toujours convoquées aux grands rassemblements, leur participation se limite, pour une bonne part, à la canalisation des masses. Ce fut encore le même constat samedi dernier à la grande mairie de Daloa.
En plus de la police qui a été invitée, la Jeunesse Communale a aussi fait appel à des vigiles et de nombreux jeunes recrutés dans les quartiers. Leur mission était de sécuriser les populations mais aussi veiller à la vérification de ceux qui entraient au lieu du spectacle.
Ce ne fut pas du tout aisé en ce sens que beaucoup de peurs se sont faites sentir suite à des tentatives de forcing de jeunes véreux pour avoir accès à la mairie sans payer de tickets.
Mais les forces de sécurité ne se sont pas laissées distraire. Elles ont tout simplement assuré.

 

Les garçons, ces “chasseurs de gésier »…
En ces temps où les jeunes sont devenus de plus en plus exigeants, chacun voit son action motivée par la satisfaction d’un besoin particulier. Et, ils étaient nombreux ces jeunes allés à Bonne année 2018 à Daloa pour avoir des “proies“ à abattre. Un jeune qui s’est livré à nous a littéralement reconnu qu’il a pris au moins trois (03) numéros. “J’ai pris le premier numéro quand j’étais dans le rang. J’avais une jolie fille devant moi alors j’ai demandé si elle était connectée. Quand elle a répondu oui, j’ai demandé à avoir“.

 

…Et les filles, venues se faire draguer ?
Les grands rassemblements sont toujours des moments d’embarras pour certaines filles. Elles sont continuellement dans les calculs à savoir quel accoutrement conviendrait pour telle cérémonie. Mais au-delà de cet instinct de femme, de plus en plus, l’on a l’impression que les filles, lorsqu’elles viennent à une activité, c’est pour se voir draguer ; autrement elles se sentent insultées dans leur dignité de femme si elles n’arrivent pas à se faire aborder.
C’est le moins que l’on puisse dire lorsqu’on a vu comment les nombreuses filles présentes à Bonne année 2018 étaient vêtues. En robes pour certaines ou en pantalons collants très plaquant, nombreuses filles laissaient paraitre leurs cuisses. Au-delà du spectacle fourni par Agalawal et sa bande, un autre se produisait dans les loges à chaque fois qu’une fille devait se déplacer. Et selon cet autre jeune, “il y en avait de tout genre : clair, avec des postérieurs extravagants, tout pour agrémenter la soirée d’un jeune homme à la chasse ».

 

Les vols
Les vols sont inévitable

lorsque près de 3.000 personnes sont réunies sur un même lieu. Et cela n’est en rien une défaillance sécuritaire en ce sens que la promiscuité empêche une maitrise de son environnement immédiat mais aussi un contrôle limité des services de sécurité dans les places assises. Les nombreux frottements à la rentrée et à la sortie du spectacle sont des moments de rêve pour les petits détrousseurs pour se branler. Nous n’avons aucun chiffre relativement à tout ce qui a pu être volé mais ce sont des dizaines de téléphones que les petits faquins ont arraché à leurs propriétaires.
Heureusement, tout ceci n’a eu aucune incidence sur la beauté de cet évènement.